Utilité des vitamines pour la santé et le bien-être

Utilité des vitamines pour la santé et le bien-être
Utilité des vitamines pour la santé et le bien-être
Utilité des vitamines pour la santé et le bien-être

Les vitamines sont des nutriments indispensables au corps pour qu’il soit maintenu en bonne santé. Le corps n’en produisant pas directement, leur apport est la plupart du temps fait par le biais de ce que nous consommons. Aussi, une alimentation équilibrée est une alimentation qui n’entraine pas de carences en vitamines. Dans cet article, nous mettons un accent sur l’utilité des vitamines dans le corps, où les trouver et l’importance du dosage.

Rôle des vitamines sur la santé et le bien-être

Il existe au total 13 vitamines réparties en deux groupes:

  • les hydrosolubles c’est à dirent qui sont solubles dans l’eau (C, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B12)
  • les liposolubles c’est à dire ceux qui se dissolvent dans les solvants organiques (A,D,E,K)

Chacune de ces vitamines a un rôle particulier dans l’organisme.

La vitamine A, une alliée pour la peau

Sous le nom de vitamine A, on regroupe une famille de substances ayant une structure et des propriétés similaires à l’une d’entre elle qui sert de référence, le rétinol. Elle intervient dans de nombreux métabolismes. N’étant pas synthétisée par l’organisme, elle doit être apportée par l’alimentation sous forme active, le rétinol  ou sous forme provitamine, les caroténoïdes. Le premier est implanté directement dans l’organisme à travers les aliments, alors que le second est synthétisé par le corps en substance active. La vitamine A proprement dite ne se retrouve que dans la portion lipidique des produits d’origine animale comme la viande, le poisson, le foie, le beurre, le fromage et le lait entier. Des apports suffisants en zinc et en protéines sont essentiels au métabolisme de la vitamine A. Les apports journaliers recommandés pour cette vitamine sont de 800 μg/jour.

La vitamine C, un puissant antioxydant

Un des rôles les plus importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres. En effet, la vitamine C piège les radicaux libres produits par l’organisme en cas d’agression externe (pollution, stress, rayonnement, tabac, alcool, produits chimiques) ou interne (réactions chimiques de synthèse ou de dégradation de certaines molécules, inflammation, respiration cellulaire). L’organisme possède des systèmes de défense endogènes (propres au corps). Il peut aussi utiliser des systèmes exogènes (devant être ingérés) pour lutter contre les effets néfastes du stress oxydatif. Ce sont les fruits et légumes colorés et crus qui contiennent le plus de vitamine C. On en trouve essentiellement dans les agrumes (orange, citron, pamplemousse) et les légumes (poivrons, pommes de terre, tomate). Le cassis, le kiwi, le brocoli et le persil sont également très riches en Vitamine C. C’est lecamu-camu, fruit à baie d’Amazonie, qui a la plus forte teneur régulière en vitamine C naturelle au monde, loin devant la cerise acérole. En effet, 10g de camu-camu contiennent autant de vitamine C que 40 g de cerise acérole qui en contiennent autant qu’un kilo d’orange.

La vitamine D aussi connue sous le nom de vitamine soleil

Encore appelée calciférol, la  vitamine D est une substance essentielle dans l’organisme puisqu’elle favorise l’absorption du calcium et du phosphore. Elle est donc  nécessaire pour une bonne santé des os et des dents. En fonction de l’âge et de la condition physique de chaque personne, un apport minimum en vitamine D est requis. Il est possible de fournir de à l’organisme de la vitamine D de trois façons possibles :

  • Les rayons de soleil
  • Les solutions médicamenteuses
  • Certains aliments

En effet, la vitamine D est peu présente dans l’alimentation mais pas inexistante. On la retrouve notamment dans des aliments tels que le saumon, le maquereau, le hareng,  l’huile de foie de morue et d’autres aliments du genre. Eu égard à cette liste non exhaustive de sources alimentaires, il apparait évident que les personnes qui optent pour le régime végétalien sont susceptibles d’avoir une carence en vitamine D même si de façon générale, l’exposition raisonnable au soleil est suffisante.

La vitamine K, indispensable dans le processus de coagulation

La vitamine K contribue au métabolisme et joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine. En son absence, les réactions en chaine que aboutissent à la coagulation sont bloquées par l’organisme. En tant que cofacteur essentiel, elle conditionne l’activité des protéines de la coagulation encore appelées protéines vitamine K dépendantes. Son nom provient d’ailleurs du mot allemand « koagulation » traduit en français par coagulation. En plus d’être un facteur essentiel dans le processus de coagulation, la vitamine K contribue à la formation d’une protéine essentielle de l’os à savoir l’ostéocalcine. Grâce à sa capacité à maintenir le calcium dans les os, la vitamine K permet de prévenir l’ostéoporose ou tout au moins de retarder son apparition. Par ailleurs un apport suffisant de vitamine K contribue à contrer efficacement les maladies cardiovasculaires, le cancer et certaines maladies auto immunes. On distingue principalement deux formes naturelles de vitamine K que sont la phylloquinone ou phytonadione (K1) et les ménaquinones (K2). La première forme se retrouve essentiellement dans les légumes verts à feuilles tels que les épinards, le concombre, le persil, la laitue, le brocoli ou encore le chou vert frisé. Les menaquinones, deuxième forme naturelle de vitamine K d’origine bactérienne et animale. C’est à dire qu’une partie de la vitamine K2 est synthétisée par les bactéries du tube digestif et on en retrouve également dans les viandes et les produits de sources animales spécialement dans les abats. Lethé vert, riche en vitamine K, peut être consommé régulièrement mais à petites doses. On pourrait citer également l’huile de colza, l’huile d’olive, l’huile de soja et certains produits laitiers comme des sources effectives de vitamine K. Il existe une troisième forme de vitamine K appelée ménadione qui elle est synthétique. De ce fait, elle ne doit être consommée que sur avis médical car sa consommation peut donner lieu à une oxydation des membranes cellulaires ou une destruction des globules rouges chez les nouveaux nés avec pour conséquence directe l’anémie. Les besoins en vitamine K varient d’un individu à un autre mais de façon générale, les apports conseillés sont de 45 microgrammes par jour pour un adulte et 10 microgrammes pour un enfant.

Le complexe B

S’il existe huit variétés de vitamines dans le complexe B, elles ont toutes en commun leur propriété hydrosoluble (solubles dans l’eau) et sont toutes indispensables au bon fonctionnement de l’organisme.
La vitamine B1 encore appelée thiamine est utile pour le métabolisme des glucides au sein de l’organisme. De ce fait, elle contribue à la production énergétique et a une action bénéfique sur l’ensemble du système nerveux. on retrouve naturellement la vitamine B1 dans les légumes secs tels que les lentilles, les haricots secs ainsi que les graines.

La vitamine B2 aussi connue sous le nom de riboflavine contribue à la production énergétique de l’organisme et surtout au métabolisme des glucides, lipides et protéines. Elle intervient également dans le maintien de la peau en bonne santé et a une action bénéfique sur le bon fonctionnement des muscles. On la retrouve essentiellement dans les aliments tels que les légumes verts, le gombo, la banane et les abats pour ne citer que ceux là.

La vitamine B3 ou nicotinamide est connue pour ses fonctions de synthèse des hormones sexuelles au sein de l’organisme. Elle intervient également dans le métabolisme des glucides, lipides et protéines ainsi que la production des globules rouges. Pour apporter à l’organisme ce qu’il faut de vitamine B3, il est recommandé de consommer des céréales et des légumes secs.

la vitamine B5 aussi connue sous le nom d’acide pantothénique intervient principalement dans l’organisme pour la synthèse d’hormones et de neurotransmetteurs ainsi que le métabolisme et la production de globules rouges. Elle contribue également au bon fonctionnement de la transmission nerveuse et la résistance de la peau et des muqueuses. On en trouve dans les graines de tournesol, les lentilles, les avocats ou encore les arachides.

La vitamine B6 contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Encore appelée pyridoxine elle intervient dans le transport de l’oxygène, la régulation de la glycémie et surtout la synthèse de la vitamine B3. Les apports pour l’organisme s’effectuent à travers des aliments tels que la banane, l’avocat, la tomate les épinards ou encore le foie de veau.

La vitamine B8 aussi connue sous le nom de biotine, en marge du métabolisme des glucides, lipides et protéines intervient dans la division cellulaire. Ses sources alimentaires principales sont les noix, le jaune d’œuf, la banane et les produits à base de grains entiers tels que le pain.

La vitamine B9 est indispensable à l’organisme puisqu’il participe entre autres à la division cellulaire, à la synthèse de l’ADN, au métabolisme des protéines et au bon fonctionnement général du système nerveux. La vitamine B9 intervient également dans la cicatrisation des plaies. On en trouve essentiellement dans les légumes verts ( brocoli, épinards…) ainsi que des aliments tels que le riz, le foie de bœuf ou des fruits tels que l’orange.

La vitamine B12 intervient dans le bon fonctionnement du système nerveux, dans la synthèse ADN, le transport d’oxygène et la production des globules rouges. De ce fait, elle est très importante pour une croissance normale. Encore appelée cyanocobalamine, elle trouve sa source uniquement dans les aliments d’origine animale tels que les abats, les poissons et fruits de mer.

Bien que chimiquement très distincts, les substances organiques du complexe B interviennent de façon combinée pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Trouver le bon dosage

Il est essentiel en matière de vitamines de trouver le juste milieu entre trop et trop peu. Les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes besoins en la matière et pour les enfants, les femmes enceintes et les seniors, l’apport nécessaire est plus élevé. D’une façon générale, l’apport alimentaire suffit à apporter ce qu’il faut de vitamines à l’organisme. Pour en apprendre davantage, vous pouvez consulter l’apport journalier recommandé.

Carence en vitamines, comment le soigner ?

Si les cas d’hypervitaminose ou l’organisme présente un excès de vitamines sont rares, les cas d’hypovitaminose (aport insuffisant en vitamines) et d’avitaminose (carence totale en une ou plusieurs vitamines) le sont beaucoup moins. L’avitaminose a pour conséquences les maladies telles que le scorbut ou encore le béribéri. Dans ces cas là une prise en charge médicale est indispensable. Dans tous les cas, il vaut mieux apporter les vitamines à l’organisme par le biais des aliments. Avant de recourir à un avis médical, il vaut mieux consulter un spécialiste.

« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger », plus qu’un adage, c’est une vérité diététique. En effet, le bien-être du corps et l’alimentation sont étroitement liés. Pour cela, il est primordial de savoir composer ses repas afin d’apporter à l’organisme tout ce dont il a besoin pour bien fonctionner. Dans le cas particulier des vitamines nous ne saurons que trop vous recommander de privilégier l’apport naturel aux compléments alimentaires. Toutefois, n’hésitez pas à demander conseil à un spécialiste pour vous aider à composer des plats équilibrés et maintenir une bonne hygiène de vie.