Dans L'assiette Trucs Et Astuces

Réduire le gras dans son alimentation pour rester en bonne santé

Réduire le gras dans son alimentation pour rester en bonne santé
Réduire le gras dans son alimentation pour rester en bonne santé

Hippocrate, le père de la médecine disait « Que ton aliment soit ton premier médicament ». Cette citation résume très exactement l’impact de l’alimentation sur la santé et le bien-être. A la recherche d’un goût exceptionnel, d’une saveur particulière, il arrive que pour satisfaire son palais, l’on consomme, souvent en excès, un grand nombre de corps gras. Au fil du temps, l’accumulation du mauvais cholestérol a des conséquences néfastes sur la santé. Si vous avez décidé d’opter pour un régime alimentaire sain, voici quelques astuces qui devraient vous aider à réduire autant que faire se peut les corps gras de votre alimentation.

Matières grasses et mauvais cholestérol
Avec l’invasion des fast-foods et modelés alimentaires du genre, quasiment personne n’est à l’abri d’un excès de matières grasses dans son alimentation. La mauvaise alimentation et d’autres facteurs sont à l’origine du mauvais cholestérol dans l’organisme.
En effet, Le cholestérol est un lipide. Il fait partie des matières grasses, qui jouent un rôle prépondérant dans le fonctionnement des cellules organiques. Etant indispensable aux cellules, le cholestérol a besoin de se déplacer dans l’organisme, par le biais du sang, pour les atteindre. Pour se faire il utilise des transporteurs (deux) qui sont : High Density Lipoproteins ou lipoprotéines à haute densité (HDL) et Low Density Lipoproteins ou lipoprotéines à faible densité (LDL).

L’origine du mauvais cholestérol
Quand vous lisez « mauvais » cholestérol, la question qui vient tout de suite à l’esprit: y a-t-il un bon cholestérol ? Ce qu’il faudrait retenir c’est qu’il n’y a pas deux cholestérols. « Cholestérol » désigne une molécule unique. Jusque-là c’est bon. Mais pour voyager dans le sang et arriver aux cellules où ils seront utilisés, il est aidé par des transporteurs, HDL et LDL, qui en fonction de leurs rôles et concentrations dans le sang déterminent les termes « bon » ou « mauvais ».
L’apport en cholestérol dans l’organisme provient, en premier lieu, du foie (qui en fabrique) et en second de l’alimentation. Lorsqu’il y a un excédent, les High Density Lipoproteins (HDL) récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie où il est transformé avant d’être éliminé : le cholestérol-HDL est le « bon » cholestérol. Les Low Density Lipoproteins (LDL), transportent le cholestérol du foie vers toutes les cellules. Quand les LDL fonctionnent mal ou sont en excès, le taux de cholestérol dans le sang augmente. Par conséquent, le cholestérol s’accumule sur les parois et forme des plaques qui peu à peu bouchent les artères, ce qui pourrait accroître le risque de maladies cardiovasculaires. C’est pour cette raison que le cholestérol-LDL est surnommé le « mauvais » cholestérol. Pour éviter l’accumulation de ce mauvais cholestérol, vous pouvez adopter quelques habitudes alimentaires salvatrices.

L'huile d'olive aide à éviter le mauvais cholestérol
Pour éviter l’accumulation du mauvais cholestérol, vous pouvez adopter quelques habitudes alimentaires salvatrices

Utiliser des huiles végétales
L’huile est un ingrédient quasi incontournable en cuisine. Elle intervient dans la composition de nombreux plats quotidiens. Riche en lipides, lorsqu’elle n’est pas bien choisie, l’huile est source de matière grasse et de mauvais cholestérol au sein de l’organisme. Pour réduire le gras dans votre alimentation, nous vous recommandons de limiter autant que faire se peut l’apport d’huile dans vos plats. Par ailleurs, privilégiez les huiles végétales qui ont la particularité d’augmenter le bon cholestérol. En cuisine préférez l’huile d’olive, l’huile de soja ou l’huile de germe de blé. Ces huiles sont riches en acides gras insaturés.
Par ailleurs évitez de consommer ou de cuisiner avec du beurre autant que faire se peut. Bien que riche en vitamines A et D contrairement à la margarine, le beurre est un élément à extraire de votre régime alimentaire pour réduire le gras. La remplacer par la margarine n’est pas une alternative adéquate. En effet, bien que disposant d’atouts nutritionnels différents, ces deux éléments possèdent la même valeur calorique.

Opter pour les produits bio
Les produits bio respectent un mode de culture très particulier c’est à dire « les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence des consommateurs à l’égard de produits obtenus grâce à des substances et produits naturels. ». A contrario, l’agriculture conventionnelle dans un souci de produire en grande quantité dans un délai relativement court privilégie la quantité au détriment de la qualité. En ressources animales, cela se traduit par de la viande très surchargée en matières grasses et pauvre en substances nutritives.

Choisir les « bonnes graisses »
Vous avez grand intérêt à inclure dans votre alimentation les aliments riches en oméga 3 et oméga 6. Plutôt que les viandes rouges très pourvues en matières grasses, optez pour des aliments tels que les viandes maigres tels que la dinde ou le poulet (bio évidemment), les poissons riches en substances nutritives tels que le saumon, les noix et bien évidemment les fruits et légumes.

Le challenge de la cuisine sans matière grasse
Plusieurs modes de cuisson permettent de réussir le pari de cuisiner sans matière grasse. Plutôt que des pommes de terre frites, essayez la cuisson à la vapeur. Certes, cela manque de croquant mais pas de saveur. Plutôt que frire ou de paner vos viandes et poissons essayez l’alternative de la grillade, du rôti au four ou de la papillote. Il se peut que gustativement vous appréciez plus les viandes et poissons issus de ces derniers modes de cuisson sans compter leur faible valeur calorique comparé aux fritures. De petites habitudes de ce genre vous amèneront définitivement à adopter la cuisine sans matière grasse hautement recommandée.

Il est pertinent de pointer du doigt un problème de santé mais il est mieux de proposer des solutions. Nous espérons que les alternatives que nous vous proposons vous aideront à réduire de votre alimentation les matières grasses qui sont sources de mauvais cholestérol et par ricochet de maladies plus ou moins graves. Si vous avez d’autres astuces sur le sujet, n’hésitez pas à les partager avec nous en commentaires.