Dans L'assiette Santé

Les règles d’or pour suivre un bon régime anti-cholestérol

Nous entendons souvent dire que le cholestérol n’est pas bon pour la santé et qu’il faudrait l’éviter. Par conséquent nous faisons attention aux mots écrits sur les étiquettes des huiles, des produits alimentaires  que nous consommons. Mais cela ne suffit pas à éviter le mauvais cholestérol. Il est primordial de pouvoir l’identifier correctement afin de l’eviter. Vous desirez adopter un regime alimentaire sans mauvais cholestérol? Cet article est pour vous.

Les règles d’or pour suivre un bon régime anti-cholestérol
Les règles d’or pour suivre un bon régime anti-cholestérol

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est un lipide. Il fait partie des matières grasses, qui jouent un rôle prépondérant dans le fonctionnement des cellules organiques. Etant indispensable aux cellules, le cholestérol a besoin de se déplacer dans l’organisme, par le biais du sang, pour les atteindre. Pour se faire il utilise des transporteurs (deux) qui sont : High Density Lipoproteins ou lipoprotéines à haute densité (HDL) et Low Density Lipoproteins ou lipoprotéines à faible densité (LDL).

L’origine du mauvais cholestérol ?

Quand vous lisez « mauvais » cholestérol, la question qui vient tout de suite à l’esprit: y a-t-il un bon cholestérol ? Ce qu’il faudrait retenir c’est qu’il n’y a pas deux cholestérols. « Cholestérol » désigne une molécule unique. Jusque-là c’est bon. Mais pour voyager dans le sang et arriver aux cellules où ils seront utilisés, il est aidé par des transporteurs, HDL et LDL, qui en fonction de leurs rôles et concentrations dans le sang déterminent les termes « bon » ou « mauvais ».

Le cholestérol est produit, en partie, par le foie et grâce aux HDL et LDL assure la régulation de sa proportion sanguine. Les High Density Lipoproteins (HDL) récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie où il est transformé avant d’être éliminé : le cholestérol-HDL est le « bon » cholestérol. Les Low Density Lipoproteins (LDL), transportent le cholestérol du foie vers toutes les cellules. Quand les LDL fonctionnent mal ou sont en excès, le taux de cholestérol dans le sang augmente. Par conséquent, le cholestérol s’accumule sur les parois et forme des plaques qui peu à peu bouchent les artères, ce qui pourrait accroître le risque de maladies cardiovasculaires. C’est pour cette raison que le cholestérol-LDL est surnommé le « mauvais » cholestérol.

Le  rôle du cholestérol:

Le cholestérol est un constituant essentiel des membranes cellulaires. Il contribue à leur stabilité et au maintien de leurs structures en formant la bicouche de la membrane.

Il rigidifie la membrane car il empêche sa gélification en évitant la cristallisation des acides gras, et diminue la perméabilité membranaire aux molécules hydrosolubles.

Où trouve-t-on le cholestérol ?

L’apport en cholestérol dans l’organisme provient, en premier lieu, du foie (qui en fabrique) et en second de notre alimentation (au quart). Certains aliments que nous consommons sont sources de cholestérol notamment les produits d’origine animale à des taux très variables (viandes, abats, produits laitiers, crustacés, coquillages, poissons, œufs, fromages …). Le tableau ci-dessous montre les proportions de cholestérol  sur 100 grammes de chacun de ces éléments :

Aliment Teneur en cholestérol(mg/100 g) Aliment Teneur en cholestérol(mg/100 g)
cervelle de veau 2200 ris de veau 225
jaune d’œuf 1 560 crème 124
rognons de mouton ou de veau 380 poulet 90 à 100
rognons de porc 365 fromage 50 à 100
foie de porc 340 veau 84
foie de veau 314 merlan 77
foie de bœuf 265 bœuf 67
Beurre 260 poisson 60 à 70

Comment réguler son taux de cholestérol ?

Comment réguler son taux de cholestérol
Comment réguler son taux de cholestérol

Une alimentation excessive en acide gras saturés composant les produits d’origine animale, le stress, les prédispositions génétiques, certaines maladies (maladies rénales, hypothyroïdie), la prise de certains médicaments favorisent l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang. La prise du tabac diminue le taux des transporteurs DHL dans le sang (une occasion d’arrêter de fumer). Le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, l’hypertension, le diabète, le surpoids, la sédentarité sont des facteurs qui, associés à l’excès de cholestérol, augmentent de façon exponentielle les risques cardiovasculaires.

Ces aliments (du tableau au-dessus) composent régulièrement les plats que l’on cuisine. Il serait peut-être difficile de s’en priver. Alors voici quelques points pour mieux gérer ces apports en cholestérol.

Consommer des aliments riches en antioxydants

Nous nous passons difficilement de ces aliments, qui peuvent apporter un surplus de cholestérol à notre organisme, mais nous pouvons aider l’organisme à les assimiler facilement grâce à la consommation de fruits et légumes. Ne lésinez pas dessus, lorsque vous avez la possibilité d’en prendre. Prenez l’habitude de consommer trois à cinq fruits par jour au minimum.

L’action des aliments riches en antioxydants (l’ail, les avocats, les légumineuses la datte, la menthe etc …) retarde l’oxydation, et absorbe le cholestérol. Ils évitent ainsi une accumulation sur les parois des artères qui peuvent provoquer des maladies cardiovasculaires.

Limiter la consommation des acides gras saturés

Consommer les aliments riches en antioxydants est important, mais il faut que cela s’accompagne de la limitation, la diminution, de la consommation des acides gras saturés. Ces derniers entrainent la hausse du cholestérol, notamment le cholestérol LDL. Ils proviennent du beurre, des aliments d’origine animale (viandes, œufs, fromages, lait entier), mais aussi des viennoiseries (pain au chocolat, pain au lait, pain aux raisins, croissant …) et pâtisseries, ainsi que les biscuits, les plats cuisinés, etc.

Utiliser des huiles végétales

Pour un bon équilibre entre graisses végétales et animales ! La consommation de certaines huiles végétales permet d’augmenter le bon cholestérol. En cuisine préférez l’huile d’olive, l’huile de soja ou l’huile de germe de blé. Ces huiles sont riches en acides gras insaturés.

Privilégier la margarine au beurre

Lorsque vous avec un taux élevé de cholestérol, il est préférable d’utiliser pour ses repas, la margarine. En effet, Certaines margarines végétales sont riches en acides gras polyinsaturés et éventuellement enrichie en phytostérols (antioxydants d’origine végétale) : les études montrent qu’une consommation de 20 g par jour de ce type de margarine permet d’abaisser en moyenne de 10 % le taux du cholestérol sanguin.

Il est à noter que le beurre est riche en vitamine : A et D contrairement à la margarine.

Perte de poids

Une masse corporelle élevée par rapport à la normale, peut contribuer à une augmentation du taux de mauvais cholestérol (cholestérol-LDL). La perte du poids fait baisser ce taux, ceci ne vise qu’une meilleure santé. Il est capital de veiller à ne pas avoir une masse corporelle en deçà de la moyenne non plus.

Activité physique

Si vous restez souvent stationnaire et que vous ne pratiquez aucune activité physique, sachez que cela favorise l’augmentation du cholestérol. Alors voici une bonne raison pour établir un bon programme dans votre agenda afin de pratiquer un sport de votre choix, d’une durée de 45 minutes à une heure, le plus souvent possible. Vous avez l’habitude de prendre l’ascenseur, emprunter maintenant les escaliers.

En effet la pratique régulière des activités physiques (la marche, les exercices physiques …) vous sera très utile, pour augmenter le taux de DHL et également faire baisser le taux de cholestérol sanguin et améliorer la protection vasculaire.

Notre alimentation joue un rôle indispensable sur notre bonne santé. Il est nécessaire de veiller à prendre des mesures pour qu’elle soit un bénéfice. Eliminer ou réduire le cholestérol via un régime alimentaire en anti-cholestérol, par des activités physiques, contribue à soigner son mode de vie sanitaire.