Santé

Les effets néfastes du plastique sur la santé

Les effets néfastes du plastique sur la santé
Les effets néfastes du plastique sur la santé

Le plastique est quasiment devenu un élément indispensable du quotidien. Du sachet plastique aux récipients de conservation, il revêt plusieurs formes tout en restant léger. Il est durable, adapté aux micro-ondes et aux congélateurs. Cependant malgré ses innombrables utilités, le plastique à des effets néfastes sur l’environnement en général et pour l’homme en particulier. Prenant peu à peu conscience de la gravité de leur utilisation sur la santé humaine, certains états en sont arrivés à proscrire progressivement son utilisation. Découvrons ici, les effets que peut avoir le plastique sur la santé, mais avant nous ferons le tour des différentes formes de plastiques.

Les différentes formes de plastique
Le PET : son nom scientifique est le polyéthylène téréphtalate, c’est donc un polymère de synthèse. Il a l’avantage d’être thermoplastique, recyclable et intervient dans la fabrication des bouteilles, flacons, pots, films alimentaires, briques d’emballages de liquides alimentaires.

Le PE-HD ou polyéthylène à haute densité : c’est une forme de plastique très utilisée pour la fabrication des bouteilles de laits. Il aurait une très bonne compatibilité avec l’usage alimentaire.

Le PVC : il est moins utilisé pour ce qui est de l’usage alimentaire. Il est considéré comme particulièrement problématique en raison du phtalate que nécessite sa production. En effet une des variantes du phtalate, le DEHP est hautement toxique pour la reproduction.

Le PEBD ou LDPE : encore appelé polyéthylène basse densité est utilisé pour emballer les sacs de pain, les aliments congelés, les tasses destinées à contenir des aliments chauds. Il aurait une bonne compatibilité en ce qui concerne l’usage alimentaire.

Le PP : encore appelé polypropylène est employé pour les gourdes ou encore pour les barquettes plastiques micro-ondables. Il serait compatible pour les usages alimentaires mais il se dégrade au fil du temps. En vieillissant, il peut reléguer des molécules de dégradation dans les aliments. Il faudrait donc s’en débarrasser après une certaine période d’utilisation.

Le PS : c’est l’une des formes que vous rencontrez souvent. Il est utilisé pour fabriquer les couverts, les gobelets, les flûtes transparentes, les gobelets de yaourt. Il contient du styrène qui peut migrer dans les aliments lorsque l’emballage est chauffé. Or le styrène est cancérigène pour l’homme.

La catégorie 7 : cette catégorie regroupe l’ensemble des formes de plastiques autres que ceux cités plus haut. Une de ces formes est le polycarbonate. Il est controversé à cause du bisphénol qu’il contient. C’est une molécule qui contribue aux cancers du sein, de la prostate, du diabète de type 2, en raison de son caractère perturbateur endocrinien.
Les principaux composants du plastique dont les impacts sont inquiétants sont le bisphénol A (BPA) et le phtalate (DEHP).

Le BPA et la santé
Il s’agit d’une substance chimique utilisée en association avec d’autres produits chimiques pour fabriquer des plastiques et de la résine. Il est utilisé pour produire le polycarbonate qui est, lui, très rigide, transparent et de haute performance. Des résidus de BPA se retrouvent dans des résines époxy qui sont utilisées pour fabriquer les revêtements et fibres de protections dans les canettes et les cuves destinées à recevoir des aliments et boissons. On le retrouve dans presque tous les emballages plastiques alimentaires et conserves. Il migre en petites quantités dans les aliments et boissons dont il est le contenant. Cette migration est d’autant plus grande lorsque les aliments sont chauffés. L’alimentation est donc la principale source de contamination pour l’homme. Il a été remarqué également que les personnes en contact régulier avec les reçus de cartes de crédits ou les tickets de caisses ont une quantité importante de BPA dans leurs organismes. Une dernière source de contamination est la contamination du fœtus via la maman. Ce que vous ignoriez sur cet agent chimique est qu’il est à l’origine, une hormone contraceptive pour les femmes qui a ensuite trouvé un autre usage dans l’industrie du plastique. En effet le BPA est un xeno-estrogène stable et résistant. Il a la capacité de mimer les effets des hormones naturelles. Son action est inférieure à celles des hormones authentiques mais lorsque l’exposition est forte et durable, elle peut influencer le métabolisme. Ce qui conduit à des troubles de la fertilité, des cancers du sein, des diabètes ou encore des cas d’obésité. Les risques probables chez les fœtus sont la puberté précoce chez les filles et la baisse de fertilité chez les garçons.

Les phtalates et la santé
Les phtalates constituent une famille de produits chimiques utilisées comme additifs dans de nombreux domaines. Dans l’industrie du plastique par exemples on retrouve le Di-iso-décyl-phtalate (DIDP), le Di-iso-nonyl phtalate (DINP) et le di-2-ethylhexyl (DEHP). Ils sont utilisés pour rendre les plastiques plus souples. Ils sont incorporés dans des produits de consommation comme le PVC. Le plus dangereux est le DEHP communément utilisé en Chine. Les risques auxquels il expose sont si grands que le gouvernement chinois proscrit rigoureusement son utilisation dans l’industrie alimentaire et fourragère. Il est suivi sur ce chemin par le Canada ou encore la France qui proscrivent carrément l’utilisation de ce ingrédient dans les jouets et autres objets pour les enfants. Les phtalates en général sont susceptibles d’entraîner des troubles de fertilité, cause de stérilité. Le DEHP en particulier provoque des troubles du développement des testicules et perturbe les hormones du foie. Dans les pays industrialisés, on constate qu’un homme produirait deux fois moins de spermatozoïdes que son grand père à son âge. La production de gamètes mâles serait en constante diminution autour du globe et principalement dans les pays industrialisés.
Autres dérèglements au niveau des organes de reproduction mâles, c’est la prolifération des cancers testiculaires ces dernières décennies et des malformations des organes génitaux masculins externes.

Conseils pour réduire la consommation de plastique
Voici quelques conseils pour limiter l’utilisation et donc l’absorption de plastique par votre organisme :

  • N’utilisez les plastiques que pour l’usage pour lequel ils sont prévus. Par exemple, éviter de chauffer vos aliments dans le micro onde avec leurs emballages si ces derniers ne sont pas prévus pour.
  • Eviter d’utiliser les récipients en plastiques abimés.
  • Réchauffer vos aliments dans des matériaux durables comme des assiettes ou récipients en verre, faïence, inox…
  • Utilisez plutôt des plastiques biodégradables. Ils sont à base de dioxyde de Carbone ou de monoxyde de Carbone.
  • Utilisez des emballages plastiques à base d’amidon de maïs qui peuvent ensuite servir d’engrais pour la végétation.

C’est une évidence, aujourd’hui le plastique fait parti du quotidien. De votre réveil à votre téléphone portable en passant par votre plateau déjeuner, il est partout. Il est certes très utile et très malléable mais face à une production et une utilisation disproportionnée, l’organisme humain et l’environnement voient leur équilibre menacé. Rappelons que le plastique de par sa composition met des siècles à se dégrader. A cela s’ajoute le phénomène du réchauffement climatique qui accentue la dégradation de ses substances toxiques dans la nature. Aujourd’hui des moyens sont entrain d’être mis en place pour essayer de convertir ces déchets plastiques en énergie électriques mais c’est un mécanisme encore naissant et très peu répandu. Il nous appartient donc d’agir à notre niveau afin de mettre un frein à la surproduction et à l’exploitation du plastique. Il y va de notre santé et du bien être des générations futures.