Les bienfaits de la vitamine E

Les bienfaits de la vitamine E

Les bienfaits de la vitamine E

Notre exploration de l’univers des vitamines continue et cette fois-ci nous allons à la découverte de la vitamine E. La vitamine E fait indéniablement partie des nombreuses vitamines que l’on évoque très souvent en tant que nutriment essentiel. La réputation qui lui est attribuée n’est pas surfaite puisqu’elle regorge de vertus aussi surprenantes les unes que les autres. La vitamine E, vitamine liposoluble se décompose en 8 formes organiques (4 tocophérols et 4 tocotriénols) et possède des propriétés antioxydantes. C’est à dire qu’elle prévient l’oxydation d’autres substances chimiques dans l’organisme, un mécanisme associé à la production de radicaux libres impliqués dans la formation de nombreuses pathologies.

La vitamine E, une vitamine « beauté et jeunesse »

Vous souhaitez avoir une peau douce et lisse ? Faites de cette vitamine votre meilleur allié. Par ses propriétés antioxydantes, la vitamine E protège les membranes cellulaires, notamment de la peau : elle contribue à ralentir le vieillissement cutané. Elle aide l’épiderme à rester aussi souple et lisse que possible. Soulignons notamment que la peau n’est pas seule concernée, les ongles et les cheveux bénéficient aussi de l’apport de vitamine E. Mais il n’y a pas que le vieillissement : elle protège aussi contre les agressions extérieures. Ainsi, les résultats d’une étude clinique ont mis en évidence qu’elle protégeait la peau contre des irritants qui y étaient appliqués. Par ailleurs, il semble que des apports suffisants en vitamine E protègent contre l’acné. Selon une étude récente, les personnes très affectés par l’acné ont tendance à avoir des taux sanguins de vitamine E plus faibles que ceux des “sans-boutons”. Outre ses propriétés antioxydantes, la vitamine E protège les globules rouges, contre les substances oxydantes ; ce qui fait un excellent moyen de prévention de certaines pathologies.

La vitamine E, facteur de protection cardiovasculaire

La vitamine E empêche ou réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL). Cette oxydation des LDL est associée aux maladies cardiovasculaires. La vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur.

En effet, dans ce domaine, la vitamine E déploie de multiples actions, à savoir:

  • baisse du pouvoir d’agrégation des plaquettes impliquées dans le phénomène de la coagulation. Elle lutte ainsi contre la formation de caillots responsables de l’obstruction des artères et des veines. Seule ou en association avec l’aspirine, la vitamine E a fait ses preuves même dans le post-traitement de l’infarctus. Chez les personnes sujettes aux affections veineuses, elle prévient les phlébites et les thrombophlébites
  • diminution du taux de LDL-cholestérol, dont l’excès se dépose sur les parois artérielles
  • lutte contre les radicaux libres qui provoquent une dégénérescence se traduisant, au niveau des artères, par le durcissement de leurs parois (artériosclérose)
  • dilatation des artères cardiaques, tout en diminuant les besoins en oxygène du cœur.
La vitamine E permet de diminuer le taux de LDL-cholestérol

La vitamine E permet de diminuer le taux de LDL-cholestérol

 

Efficace contre les rhumatismes

Des études ont prouvé que la vitamine E possède, à fortes doses, une efficacité comparable à celles des antirhumatismaux classiques soumis à la prescription médicale. L’action de cette vitamine est, dans ce cas aussi, liée à ses propriétés antioxydantes. Elle agit en neutralisant les radicaux libres qui, produits en quantité anormalement élevée lors d’affections rhumatismales, agressent et détruisent les cellules et kes articulations non protégées.
De par son action antioxydante ou antiradicalaire, la vitamine E intervient dans la prévention de toute affection dégénérative.
Relevons également que cette vitamine aux multiples vertus stimule le système immunitaire, lutte contre l’anémie, participe à la formation et aux fonctions des muscles.

 Utile pour la prévention de certaines pathologies

La vitamine E peut être surtout importante pour protéger la santé des cellules du cerveau. En fait, certaines études montrent qu’elle peut ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer. Elle aide également à prévenir contre les douleurs menstruelles (Prendre de 200 UI à 500 UI de vitamine E par jour soit 150mg à 350mg pendant 5 jours, en commençant 2 jours avant les menstruations), à recycler un autre antioxydant important : la vitamine C.

Elle intervient également dans la prévention de :

  • Certains cancers comme celui de la prostate
  • Morbidité et mortalité chez le nouveau-né prématuré (diminution du risque d’hémorragie intracrânienne, de rétinopathie sévère et de cécité),
  • Cataracte et dégénérescence maculaire liée à l’âge,
  • Maladie de Parkinson : Des études épidémiologiques de grande envergure ont permis de constater une corrélation entre une alimentation riche en vitamine E et une réduction du risque de maladie de Parkinson ; relation qui n’a pas été vérifiée avec les suppléments de vitamine E.

La vitamine E est aussi utilisée pour prévenir la stérilité. En effet, elle augmente les chances de  fertilité lorsqu’elle est prise en suppléments par les hommes comme par les femmes. Une petite étude américaine a montré que parmi les hommes sous traitement de fécondation in-vitro avec leurs partenaires, ceux qui ont pris cette vitamine ont vu leur taux de fertilisation augmenter de 20 à 30%. Les chercheurs pensent que l’activité antioxydante de la vitamine E est la cause de ce résultat. Parce que ce micronutriment est une partie essentielle des membranes cellulaires, elle aide également à la guérison des plaies et aide à améliorer l’aspect des cicatrices. Sa propriété antioxydante permet    entre autres de renforcer les parois capillaires, et de nourrir les cellules.

Dans quels aliments retrouve-t-on la vitamine E?

Contrairement à la vitamine D, la vitamine E est très présente dans l’alimentation. Les aliments les plus riches en vitamine E sont principalement les huiles notamment l’huile de tournesol, l’huile de soja, l’huile d’olive ou encore l’huile de mais. On en trouve également dans des aliments telles que les amande, noisettes et autres produits du genre. En ce qui concerne les fruits et légumes, on note principalement l’avocat, le fenouil, l’abricot, le persil, la papaye, la carotte pour ne citer que ceux là.

Consommez des avocats pour faire le plein de vitamine E

Consommez des avocats pour faire le plein de vitamine E

Conseils et Précautions

Parmi les 8 formes de vitamine E, la plus active est appelée l’alpha-tocophérol. Chacune des 8 formes possèdent des fonctions et forces différences. C’est pourquoi il est important d’obtenir ce nutriment par l’alimentation plutôt que par les suppléments.

En consommant les aliments riches en vitamine E naturelle, vous recevrez toute l’étendue de ses bienfaits. Lorsque vous achetez un supplément en vitamine E à la pharmacie, vous achetez souvent l’alpha-tocophérol. Toutefois, il est à noter que certaines études ont montré que les formes tocotriénols présentent plus d’avantages que les tocophérols pour éviter les maladies. Heureusement, vous obtiendrez toutes ces 8 formes lorsque vous la consommez de manière naturelle, via une alimentation riche en vitamine E.

De plus, le corps absorbe mieux la forme naturelle de la vitamine E que la forme synthétique. Il existe une controverse au sujet du facteur d’équivalence entre ces deux formes, mais un consensus semble s’être établi parmi les experts, autour d’un rapport de 1,5. Donc, 400 UI de vitamine E sous forme naturelle équivalent à 600 UI sous forme synthétique.

L’effet thérapeutique de la vitamine E dans les domaines ci-dessus se manifeste à doses élevées (minimum 200 mg par jour, voire 400 et plus). Or, l’apport moyen de cette substance par le biais de l’alimentation s’élève à 12 mg et ne peut être augmenté que difficilement à 50 mg, en forçant sur le germe de blé, les huiles végétales, les céréales complètes, les graisses et les fruits oléagineux.
Préférez les suppléments contenant de la vitamine E naturelle, qui est mieux utilisée par l’organisme et, par conséquent, plus efficace.

Les personnes qui ne peuvent pas absorber la graisse devrait prendre des suppléments de vitamine E naturelle après consultation d’un médecin, parce que certaines graisses alimentaires sont nécessaires pour son absorption dans l’intestin (la vitamine E n’est soluble, rappelez-vous, que dans les lipides).

À cause d’un risque accru d’hémorragie, les personnes souffrant de carence en vitamine K ne devraient pas prendre de hautes doses de suppléments de vitamine E sans la supervision d’un professionnel de la santé. Cependant, l’utilisation de la vitamine E en tant que complément alimentaire, doit être encadrée pour éviter tout risque de surdosage.

Conséquences d’une surconsommation de la vitamine E

Les symptômes d’une trop grande consommation de vitamine E incluent la fatigue, un état de faiblesse, la nausée, le mal de tête, une vision floue, la flatulence et la diarrhée. Faites donc attention au dosage en vitamine E des suppléments multi vitaminés. Cela dit faites-vous plaisir en incluant dans votre alimentation quotidienne des aliments riches en vitamine E.