Santé

La cataracte, une maladie qui touche un grand nombre de seniors

La cataracte, une maladie qui touche un grand nombre de seniors
La cataracte, une maladie qui touche un grand nombre de seniors

Avec, l’âge de nombreux maux plus ou moins bénins viennent se greffer au quotidien. Au nombre d’eux, la cataracte, une maladie qui peut paraître bénigne au début mais qui est l’une des premières causes de cécité chez les personnes âgées. Raison pour laquelle, il est primordial de l’anticiper autant que faire se peut. Dans cet article dédié, nous explorons avec vous les caractéristiques et facteurs de risque, les conséquences mais également les actions préventives et les traitements possibles pour quelqu’un souffrent de cataracte.

Caractéristiques de la maladie
Le mot cataracte du latin ‘’cataracta’’, chute d’eau, a été choisi pour cette maladie afin de designer cette sensation de voir à travers une chute d’eau. A l’image des lentilles des caméras, l’œil possède une lentille appelée cristallin. Elle permet de faire la mise au point des images sur la rétine. Lorsque le cristallin perd sa transparence, il devient opaque et il altère ainsi la vision de près ou de loin. Lorsque le cristallin est opaque, les rayons lumineux parviennent de moins en moins à la rétine.
Le plus souvent, en vieillissant la cataracte se forme lentement sur l’œil. Avec le temps la structure du cristallin aussi change. Avec le glaucome et la dégénérescence maculaire, ce sont les trois plus grandes causes de cécité chez les gens du troisième âge. Une personne sur cinq en sont atteintes autour de 65 ans, une personne sur trois à l’âge de 75 ans et deux personnes sur trois à partir de 85 ans. Comme on peut le constater, la maladie se développe avec l’âge et le cristallin qui se métamorphose. La métamorphose du cristallin serait due à l’action des radicaux libres.

Différents types de cataracte
La cataracte liée à l’âge : c’est le cas le plus répandu, la cataracte liée au vieillissement. Cependant on peut en être atteint à l’âge de quarante ans. Cette forme de cataracte évolue lentement et ne perturbe pas la vision dans les tous premiers stades. Plus elle évolue, plus la vision devient floue et rend impossible les activités quotidiennes comme la cuisine, la conduite…
En vieillissant, les fibres de protéines se brisent et s’accumulent et obstrues ainsi le passage de la lumière entrant par la lentille. La vue de loin est embrouillée par contre celle de près peut s’améliorer de façon temporaire. Mais elle diminue au fur et à mesure que la cataracte progresse. La lentille deviendra jaunâtre ou brunâtre rendant la lecture et la différentiation des couleurs plus compliquée. Quelques précautions pour retarder ou diminuer les risques de cette maladie seraient de bien s’alimenter, arrêter de fumer, protéger les yeux des rayons du soleil.

La cataracte traumatique : ce type de cataracte est provoqué par une blessure oculaire et peut survenir à tout âge. Il peut être le résultat d’un objet qui frappe l’œil avec force (le doigt, un point…) et qui endommage le cristallin. Il peut être aussi le résultat d’un œil perforé par un objet pointu. La cataracte traumatique peut survenir automatiquement après le traumatisme, des mois après ou encore des années après. Ne prenez donc pas à la légère les impacts ou différents chocs que peuvent subir vos yeux.

Cataractes induites par radiation : dans ce cas la cataracte est induite par une exposition prolongée aux rayons UV du soleil. Il est établi que les personnes travaillant à l’extérieur comme les pêcheurs, les agriculteurs… sont les plus exposées à une cataracte en raison de l’exposition au soleil. Pour réduire le risque de la maladie, il est recommandé de se protéger avec des lunettes anti UV.

Cataracte congénitale : il peut arriver que certains bébés naissent avec la cataracte. Ces cataractes sont soient héréditaires soient dues à une maladie de la mère pendant sa grossesse. La rubéole par exemple peut conduire à cela. La cataracte empêche alors l’œil du bébé d’apprendre à voir. Une intervention chirurgicale est souvent requise pour permettre à l’enfant de voir normalement.

Les cataractes secondaires : on les appelle ainsi parce qu’elles sont généralement les conséquences d’autres maladies comme le diabète. Elles peuvent également survenir après une chirurgie contre le glaucome ou contre d’autres infections oculaires comme uvéites ou les rétinites. Une consommation prolongée de stéroïdes oraux peut favoriser le risque de cette la maladie.

Les cataractes localisées : dans cette catégorie, on retrouve les cataractes classées selon leur localisation sur la lentille. Le cristallin comporte trois couches : le nucléus ou noyau, le cortex qui est beaucoup plus souple et entoure le noyau. Enfin il y a la capsule qui elle, recouvre la lentille.
La cataracte nucléaire est la cataracte liée à l’âge la plus fréquente. Elle apparaît au centre du nucléus, durcit avec l’âge et devient jaunâtre ou brunâtre avec le temps. Les malades atteints de ce type de cataracte ont des difficultés à voir de loin et à discerner les couleurs foncées.
La cataracte corticale elle concerne le cortex. Il commence par l’apparition de rayons coniques aux extrémités du cortex. Ces rayons progressent de façon graduelle vers le centre et peut causer des problèmes d’éblouissement et de contraste. Les diabétiques peuvent souffrir de ce type de cataracte qui affecte la vision de près comme de loin.
Enfin la cataracte subcapsulaire se développe sous la capsule à la surface du cristallin. Elle occasionne des problèmes de lecture, altère la vision par une journée ensoleillée et être une source d’éblouissement. Les personnes exposées sont celles qui consomme des corticostéroïdes, ont subi une blessure oculaire, sont atteint d’une myopie grave, de rétinite pigmentaire ou de diabète.

Symptômes de la maladie
En dépit du fait que plusieurs cas de cataracte existent et que chacune d’elle a des spécificités, on peut relever un certains nombres d’éléments commun qui pourraient vous mettre la puce à l’oreille. Il y a entre autres :
Une vue progressivement obscurcie ou embrouillée
Une vision double ou un éblouissement plus facile en présence de lumières vives. Ces éblouissements gênent considérablement la conduite nocturne.
Une perception plus fade ou atténuée des couleurs vives
Une vision voilée, comme si les objets se trouvaient derrière un voile blanc.
Un besoin plus fréquent de changer de lentilles car la cataracte accentue les myopies.
Il faut noter que la cataracte est indolore. Donc il ne faut pas s’attendre à avoir mal pour remarquer la maladie.

Facteurs de risque lies à la cataracte
Parmi les facteurs de risques, le plus grand est sans doute le vieillissement. Ce qui fait de tous de potentiel malades. Mais en dehors de ça, certains facteurs de santé peuvent favoriser la maladie. On peut citer :
Le diabète
Des antécédents familiaux de cataracte
Des antécédents de traumatisme ou d’interventions chirurgicales à l’œil dans la famille
La vie dans les régions proches de l’équateur ou dans les hautes altitudes.
Les traitements couramment utilisent contre le concert.
Ajouter à cela, le tabagisme, l’alcoolisme et une alimentation faible en fruits et légumes et donc en antioxydant.

Actions préventives recommandées
La cataracte est un phénomène naturel qui accompagne la vieillesse. Généralement lorsque la maladie est diagnostiquée chez un individu de 60 ou 70 ans, c’est qu’elle a commencé à se développer depuis une vingtaine d’année environ. Cependant centaines mesures peuvent retarder son développement au maximum.
Ne pas fumer
Protéger ses yeux du soleil : porter un chapeau à bord large en saison de fort soleil, des lunettes de protections UVA et UVB, limiter l’exposition aux micro-ondes, aux rayons X et infrarouges.

Manger suffisamment de fruits et légumes : les antioxydants qu’ils contiennent permettent de ralentir les effets des radicaux libres sur la lentille.

Contrôler régulièrement sa glycémie en cas de diabète
Protéger ses yeux au travail et dans les loisirs : afin d’éviter les chocs ou toutes attitudes susceptibles de blesser l’œil.
Soigner les infections ou maladie durant la grossesse pour éviter les cas de cataractes congénitales.

Traitements possibles
La cataracte ne se traite ni avec des gouttes oculaires, ni avec des rayons lasers. La chirurgie est le seul moyen de s’en débarrasser. Mais avant d’en arriver là, lorsque la cataracte commence à se former et que les symptômes ne sont pas trop incommodants, on peut prendre des mesures simples pour améliorer les choses.
Porter des lunettes avec des verres anti reflets pour atténuer les éblouissements
Avoir une prescription de lentilles adéquates
S’assurer d’avoir un éclairage suffisant pour mener des activités en intérieur.
En plus de cela, on peut appliquer les mesures préventives afin de freiner au maximum la maladie.
Lorsque la maladie atteint un stade avancé au point d’altérer la qualité de vie, il faut alors faire une ablation chirurgicale du cristallin et son remplacement par une lentille malléable synthétique. C’est une intervention courante, qui dure une trentaine de minutes au maximum et qui améliore nettement la vision chez 90 % des patients qui l’ont subi. Les 10 % n’ayant pas obtenu satisfaction sont généralement atteints d’autres maux oculaire comme le glaucome ou les rétinites. Les personnes qui subissent cette opération recouvrent une guérison complète au bout d’un mois généralement.

La cataracte touche un grand nombre d’hommes et femmes à partir de 65 ans. Sachant que la cécité qui en est la conséquence directe réduit la mobilité et l’autonomie des personnes atteintes, il a lieu d’en savoir davantage sur la maladie afin de la prévenir ou de la traiter du mieux possible. Pour cela n’hésitez pas à consulter régulièrement et autant que faire se peut un spécialiste à partir de 50ans.