Santé

La candidose: remèdes et solutions de prévention

La candidose: remèdes et solutions de prévention
La candidose: remèdes et solutions de prévention

Avez-vous entendu parler de la candidose? Encore inconnue il y a une cinquantaine d’année, elle est très répandue aujourd’hui. Cette maladie n’a rien de candide, loin de là. En effet, lorsqu’elle n’est pas traitée à temps, elle peut sérieusement endommager le système immunitaire. La candidose trouve sa source dans de nombreuses mauvaises habitudes que nous adoptons. Nous essaierons dans cet article, de cerner les contours de cette maladie et de vous proposer des solutions de prévention adéquates.

Qu’est-ce que la candidose ?

La candidose est une infection fongique due à l’excès de levure de type Candida dans l’organisme. Il existe une multitude de levure de type candida. Cependant la plus répandu est le Candida albicans. Les candidas albicans sont des champignons présents dans l’organisme et que le système immunitaire arrive à coloniser. C’est lorsque ces champignons se multiplient et se répandent de façon anarchique dans l’organisme qu’on parlera de candidose. Elles détériorent votre système immunitaire à travers les muqueuses. Elles s’attaquent à la peau, la bouche, les intestins et les organes génitaux. En fonction de la localisation des symptômes, la candidose peut être une candidiase, une candidose buccale, un monoliase… Mais comment cette levure jusque-là inoffensive, du jour au lendemain, peut nous rendre malade ?

Origines de la candidose

La prolifération des candidas dans l’organisme est due a de nombreux facteurs et donne lieu à plusieurs types de candidose.

  • La candidose buccale ou muguet

Elle est provoquée par le candida albican. De nombreux facteurs favorisent son développement. La sécheresse buccale, les inflammations, la grossesse, les prothèses dentaires, le diabète, le VIH, la radiothérapie. Il existe également des traitements médicaux qui, bien que soignant un mal, favorise le muguet. On peut citer les corticoïdes, les neuroleptiques (diminue la production de salive), les médicaments antiacides, certains antibiotiques dit à larges spectres. C’est la forme de candidose la plus courante chez les nouveaux nés. Ils le reçoivent de leurs mères durant l’allaitement. Vu que leur système immunitaire n’est pas encore mature, ils ne peuvent pas apprivoiser la levure. Les personnes âgées et les personnes immunodéprimées sont souvent victimes de cette variante de la maladie. Cela est dû aux médicaments qu’ils prennent la plupart du temps.

  • La candidose digestive

Encore appelée mycose digestive, elle est le résultat d’une prolifération des candidas albicans le long de la paroi intestinale. Elle est causée par un régime alimentaire trop riche en sucre, d’un état de stress continu ou toute autre cause de déséquilibre de la flore intestinale. On la retrouve surtout chez les patients atteints de VIH.  Une fois que le système immunitaire de son hôte est affaibli, elle mute de sa forme sporulée et passe en mode mycélien. Elle produit alors de nombreux déchets dans l’organisme. Et une fois ce processus amorcé, il est difficile de se débarrasser des candidas. Une récidive est possible après traitement car le traitement ne détruit pas les candidas sous leurs formes sporulées.

  • La candidose génitale

On parle de candidose vaginale chez la femme et de mycose génitale chez l’homme. Elle est très répandue et est due à la prolifération d’albicans au niveau des voies génitales. Elle n’est en aucun cas considérée comme une MST mais peut être le signe précurseur d’un diabète sous-jacent. Les causes peuvent être les médicaments (antibiotiques), les contraceptifs, les œstrogènes, un système immunitaire affaibli et parfois  la grossesse.

  • La candidose systémique

Il s’agit de la forme la plus grave et la plus rares de candidose. Elle a un pourcentage de décès d’environ 50 %. On les retrouve chez des patients ayant des cathéters intraveineux, ceux qui ont subi des interventions chirurgicales digestives, des chimiothérapies, les patients neutroniques, les brûlés… Plusieurs levures sont responsables de ce type de candidose à savoir le candida albicans, le candida glabrata, le candida tropicalis et le candida parapsilosis.

Symptômes de la candidose

Dans le cas du muguet, les symptômes peuvent être les suivants :

  • coloration rouge des joues et de la langue
  • langue sèche recouverte d’un enduit blanchâtre
  • langue noire villeuse
  • la glossite
  • douleurs à la langue
  • chez le nourrisson, pleurs au moment de la tétée ou du biberon

Dans le cas de la candidose digestive, on observe  de façon simultanée :

  • une fatigue inhabituelle suivie de troubles du sommeil
  • des migraines
  • des troubles cutanés
  • des infections génitales
  • des troubles digestifs chroniques

Il n’est pas dit que ces symptômes confirment forcément la présence d’une candidose digestive. Mais avec des symptômes pareils, il vaudrait mieux consulter afin de se rassurer sur son état.

La présence de candidas dans la selle est possible. Dans le cas où ces symptômes se manifestent, une coproculture (culture bactériologique des selles) permettrait de confirmer ou d’infirmer le résultat.

Dans le cas de la candidose vaginale par contre, les symptômes ne trompent pas. Chez la femme, il s’agit de :

  • démangeaisons permanentes de la vulve
  • pertes blanches épaisses et crémeuses
  • brûlures vaginales pendant les mictions
  • rapport sexuels de plus en plus douloureux
  • vulve rouge et enflée.

Tandis que chez l’homme, la maladie est souvent inapparente. Cependant on peut observer une inflammation avec des démangeaisons au niveau du prépuce et du gland. L’inflammation peut évoluer en phimosis avec écoulement purulent.

Comme vous l’aurez remarqué, la candidose systémique est caractérisée surtout par son mode de contraction. Elle n’a rien de particulier et donc ces symptômes peuvent se retrouver dans les trois catégories de symptômes précédents. Tout dépend de l’endroit où les champignons se manifestent sur votre corps (bouche, parties génitales, intestins). Passons maintenant au traitement de ces champignons pas du tout candides.

Traitement de la candidose

Vous retrouverez dans ce paragraphe quelques recommandations pour lutter contre la candidose. Ces conseils ne remplacent en aucun cas un traitement prescrit en bonne et due forme par un médecin.

En règle générale, les traitements contre la candidose sont constitués de comprimés antibiotiques et antifongiques. Ces traitements n’ont qu’une action locale et créent des foyers d’infestations chroniques. La maladie a tendance donc à récidiver. Aussi faut-il préciser que ces antifongiques varient en fonction du candida vecteur de la maladie.

En plus du traitement par médicament, il est indispensable de pratiquer un véritable assainissement de votre organisme.

Dans un premier temps, une correction alimentaire est nécessaire. Il faut absolument bannir de vos habitudes alimentaires un certain nombre d’aliment. En voici une liste exhaustive.

le sucre. Il faut arrêter d’en consommer. Le sucre est l’aliment de base des champignons. Il favorise leur prolifération dans l’organisme et les rend résistant au traitement. Il faut donc l’éviter sous toutes ses formes (sucre raffiné, hydrate de carbone, fruits trop sucrés).

  • la levure et les ferments. Vous devez laisser tomber le pain, les pizzas, gâteaux, champignons crus, fromages fermentés, boissons fermentées, yaourts…
  • le lait et les produits laitiers. Beurre, crème, lait de vache…
  • la viande : viande d’élevage, bovins et tout dérivé. Consommer uniquement les viandes bio mais pas en grande quantité.
  • Les céréales. Blé, seigle, avoine, orge, maïs…Il ne faut pas oublier qu’ils sont en général des sucres lents. Or il faut éviter le sucre.
  • Alcool et drogues. On entend par drogue tous les produits pharmaceutiques, stimulant, somnifère, calmant, euphorisant…
  • les légumes jugés sucrés comme la carotte par exemple.

Vous vous demanderez  »alors quoi manger ? » il vous faut vous abonner aux produits bio uniquement, aux légumes et fruits frais et aux céréales complets. Il n’est certes pas facile de se conformer à ce régime strict mais c’est indispensable pour éliminer définitivement les champignons.

Ensuite il faut effectuer une réhabilitation digestive et intestinale. Ceci passe par quelques étapes que voici :

  • des irrigations coloniques : il permet d’accélérer le nettoyage, d’éliminer rapidement les agents pathogènes présents dans le tube digestif. Il vous faut en faire de façon régulière (tous les 15 jours environ).
  • Consommer des probiotiques. Ce sont les  »bonnes  » bactéries qui peuplent l’intestin et qui la protègent contre certains micro-organisme comme le candida.
  • Effectuer un drainage des émonctoires. Il est important pour aider à éliminer l’organisme des toxines qu’elle contient. Nous vous recommandons de consulter un naturopathe pour cette phase. Souvenez-vous, il vous faut éviter les drogues au maximum.
  • Soutenir les fonctions hépatiques du foie. L’insuffisance hépatique est fréquente chez les porteurs de la maladie. Toutes les toxines libérées par les candidas sont absorbées dans le sang au niveau des intestins. Elles sont ensuite filtrées par le foie. Il est alors important de soutenir les fonctions hépatiques du malade par un traitement approprié.

À tout cela il vous faut ajouter des compléments nutritionnels. Un ensemble de vitamines et de minéraux. Cela vous permet de vous protéger des carences et des oxydations.En fonction du type de candidose développé,  votre médecin vous indiquera les vitamines appropriées.

Nous arrivons au terme de notre voyage dans le monde des candidas. Retenez que la candidose n’est pas un mal à prendre à la légère. Ces champignons, loin d’être mignons, sont très résistants et il faut un traitement rigoureux et complet pour en arriver à bout. Par ailleurs il vous faut surveiller votre régime alimentaire afin de ne pas faire de votre organisme un catalyseur pour la prolifération de mauvaises bactéries.