Santé Sport

9 recommandations pour prévenir les accidents cardiaques pendant le sport

L'huile d'olive est un bon remède contre les maladies cardiovasculaires
9 recommandations pour prévenir les accidents cardiaques pendant le sport

Faire du sport est recommandé pour de nombreuses raisons entre autres éliminer les toxines, le stress, fortifier les muscles etc. Cela dit, la pratique d’une activité sportive peut déclencher un problème de santé qui n’est pas systématiquement perceptible, l’accident cardiaque. Alors dans cet article nous allons définir des mesures à prendre pour réduire ou éviter les risques des accidents cardiaques.

Selon L’organisation mondiale de la santé, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes en raison de maladies cardio-vasculaires que de toute autre cause. On estime à 17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,4 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne (elle touche les vaisseaux sanguins qui alimentent le muscle cardiaque) et 6,7 millions à un accident vasculaire cérébral, AVC (chiffres 2012).
Les infarctus sont principalement dus au blocage d’une artère empêchant le sang de parvenir au cœur. Leur cause la plus courante est la constitution d’un dépôt gras sur les parois internes des vaisseaux sanguins alimentant cet organe. Quelques précautions à prendre pour éviter cela, afin qu’ils n’interviennent pas lors d’activités physiques :

Signaler les symptômes à votre médecin
Des enquêtes menées en France, montrent un taux de 70% de non signalement, ce qui est inquiétant et dangereux. Par conséquent lorsque vous remarquez des symptômes comme :
Une douleur ou gêne dans la partie centrale de la poitrine;
Une douleur ou gêne au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes, de la mâchoire ou du dos.
Toute palpitation cardiaque, tout malaise … vous devez en parler au médecin afin de passer des examens si nécessaire et se faire soigner.
Lorsque vous ressentez des difficultés à respirer ou un essoufflement, éprouvez un malaise ou vomissez. Lorsque vous avez des sensations de vertige, d’évanouissement, vous êtes prise de sueurs froides ou que vous palissez, n’hésitez pas. Prenez rendez-vous avec le médecin afin d’en avoir le cœur net. Il vaut mieux neutraliser le mal à la base avant que cela ne soit trop tard. La probabilité de ressentir des difficultés respiratoires ou des nausées, de vomir ou encore d’éprouver une douleur à la mâchoire ou au dos, est plus forte pour les femmes.
Que ces symptômes surviennent pendant l’effort physique, ou juste après l’effort, il faut obligatoirement contacter votre médecin.

Eviter de fumer une heure avant et deux heures après une activité physique
Les dangers du tabagisme, nous les connaissons tous, même si certaines personnes éprouvent des difficultés à arrêter.
Fumer une cigarette par exemple, cela favorise un état de spasme (une contraction musculaire brusque, violente et involontaire) coronaire, ce qui peut entraîner l’obstruction de cette artère. Cela entraîne également la diminution de la circulation du fluide qu’il contient.
Fumer influe sur la coagulation du sang, favorisant, entre autres, la formation de caillots et donc le déclenchement potentiel d’un infarctus, d’une phlébite ou d’un accident vasculaire cérébral. Vu ces raisons il vaut mieux ne plus consommer du tabac pour se préserver des conséquences.

Démarrer progressivement une activité sportive
Les échauffements sont nécessaires pour commencer une activité sportive. Répéter vos gestes, avec peu d’intensité, que vous allez exécuter pendant cet exercice (exemple : marcher un peu, courir un peu, des mouvements de bras si vous allez nager etc.). Ensuite prenez quelques minutes de récupération d’environ 10 minutes.
L’objectif cardio-vasculaire à travers les échauffements, est d’obtenir petit à petit une ouverture des vaisseaux et une augmentation suffisante du débit cardiaque (la quantité de sang éjectée par les ventricules cardiaques à chaque contraction). Cela permet donc d’irriguer les muscles au cours de l’effort.

Bien s’hydrater et de façon régulière
L’eau est un élément, capital, vital pour un meilleur fonctionnement de notre organisme. L’eau assure un rôle essentiel dans le fonctionnement de plusieurs systèmes de l’organisme. La plupart des réactions chimiques du corps, dont plusieurs millions s’exécutent par seconde, n’auraient pas lieu à moins que les réactifs ne soient dissous. Par exemple, c’est l’eau qui permet de dissoudre l’oxygène, apporté par le processus de la respiration pour être transporté et alimenter les cellules. Le dioxyde de carbone est rejeté de la même manière (par dissolution).
Connaissant le rôle indispensable de l’eau, il est nécessaire de s’hydrater régulièrement, surtout pendant les périodes de pics de températures extérieures. L’hydratation permettra de limiter les risques de troubles du rythme cardiaque ou d’occlusion des artères coronaires (petites artères qui irriguent le cœur).
Il est recommandé de s’hydrater avant et après l’effort, de Boire trois (3) à quatre (4) gorgées d’eau toutes les 30 minutes d’exercice, à l’entraînement comme en compétition.

Eviter de pratiquer une activité sportive à des températures extérieures extrêmes
Effectuer des efforts physiques intenses lorsque des températures annoncées ou enregistrées sont très faibles en dessous de -5°C ou très élevées, soient au-dessus de + 30°C ainsi que lors des pics de pollution.
En effet le froid et la chaleur tout comme la pollution atmosphérique sont des éléments hostiles pour le cœur, ils peuvent favoriser une déshydratation, une angine de poitrine ou un trouble du rythme.

Eviter de consommer des substances dopantes et l’automédication en général
Il est important de faire attention, aux produits que vous prenez, qui peuvent avoir des effets néfastes sur votre santé, voire votre vie.

Ne pas faire de sport intense si on a de la fièvre y compris dans les 8 jours qui suivent un épisode grippal (fièvre + courbatures)
Une angine ou une bronchite virale peut s’accompagner de la présence du même virus qui siège cette fois-ci au niveau du cœur mais de manière silencieuse. L’inflammation du muscle cardiaque qui en résulte, constitue un terrain propice à la survenue d’un trouble du rythme cardiaque, mortel à l’effort.
Alors pour éviter cela, il suffit simplement d’attendre environ huit jours après la disparition de la fièvre pour reprendre un sport intense.

Pratiquer un bilan médical cardiaque avant de reprendre une activité intensive si on a plus de 35 ans pour les hommes et plus de 45 ans pour les femmes
L’on éprouve toujours des difficultés à reprendre une activité sportive, si l’on est resté longtemps inactif. Si vous êtes dans cette condition, il est important de faire un bilan de santé afin de déterminer à quelle fréquence et à quelle intensité il faut reprendre.
Plusieurs études ont montré le rôle majeur du déconditionnement physique dans la survenue des accidents cardiovasculaires lors d’une activité sportive intense. Le risque pour le sportif occasionnel est 100 fois supérieur à celui d’un sportif régulier pratiquant au moins 4 séances par semaine.

Avoir une bonne alimentation
Une mauvaise alimentation est un facteur de risque qui peut favoriser le déclenchement d’un infarctus. Une alimentation trop riche en gras, qui est source d’un apport en mauvais cholestérol, la consommation de l’alcool etc… Il faut donc privilégier une alimentation saine, équilibrée riche en fruits et légumes.

L’on a constaté que cesser de fumer, réduire l’apport en sel dans son alimentation, consommer des fruits et des légumes, pratiquer une activité physique régulière et éviter l’usage nocif de l’alcool permettent de réduire le risque de maladie cardiovasculaire. La santé est avant trésor et il faut l’entretenir en prenant des mesures qui permettent d’éviter des ennuis irréparables.
Suivez ces règles et vous pourrez vous épanouir en toute quiétude à votre activité sportive favorite.